Accueil TRT5 CHV > Prise en charge globale > L’alimentation en cas de stéatose ou de NASH

L’alimentation en cas de stéatose ou de NASH

publié le 22.09.2020

L’alimentation en cas de stéatose ou de NASH

L’objectif de ce projet était de communiquer sur l’intérêt d’une alimentation adaptée en cas de stéatose et de NASH (stéato-hépatite non alcoolique), sur la NASH elle même, mal connue de la population générale et insuffisamment dépistée.

Entre 15% à 20% de français ont une stéatose, c’est-à-dire de la graisse dans le foie, liée à la « malbouffe » (alimentation trop riche en sucres, en sodas, en gras) et au manque de sport. La stéatose est réversible, et pour cela, il faut modifier son alimentation et faire de l’exercice physique.  

Sans modification de l’hygiène de vie, cette stéatose peut progresser vers la stéato-hépatite non alcoolique (NASH), un stade inflammatoire.  Ces lésions des cellules du foie vont entrainer de la fibrose, qui peut conduire à une cirrhose, voire à un cancer du foie, le plus souvent sans signal d’alarme.

Selon les études, 18 % des Français seront concernés par la NASH, soit près d’un français sur cinq et la NASH pourrait devenir dans le futur la première cause de transplantation hépatique. La NASH représente 10% des maladies chroniques du foie actuellement, et pourrait atteindre 25% dans le futur en France, avec un tiers d’adultes en surpoids et 15% qui présentent une obésité. La NASH est deux fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Huit personnes obèses sur 10 sont concernés (80 %) ; de même que plus de 6 personnes diabétiques sur 10 (62 %).

Actuellement, il n’y a pas encore de médicaments efficaces contre la stéatose, encore moins pour la NASH… Seuls les conseils « mangez mieux » et « bougez plus »  peuvent désamorcer la bombe que représente la NASH, car elle est indolore en général jusqu’à ses terribles complications (cirrhose, cancer).

D’où cette brochure à destination des personnes concernées, qui explique ce qu’est la stéatose, la NASH, les examens pour la dépister, l’évaluer, pourquoi et comment changer en douceur son mode d’alimentation, l’adapter à la situation médicale et trouver une activité physique adaptée (marche, vélo, jogging.. ).

Le texte a été élaboré par des membres du CHV-TRT5 et a bénéficié de la relecture du Pr Philippe SOGNI, hépatologue, Hôpital Cochin et de Mme Océanne CARIDI, diététicienne, Hôpital Paul Brousse.

Aller plus loin

2020_BROCHURE-A5-CHV def

Visualiser Télécharger

Découvrez

d'autres

articles

22.12.2021

Traitements Long Acting – Après l’arrêt de développement du MK8507, l’islatravir entre pause et surveillance. Le 18 novembre dernier, Merck annonçait dans un communiqué de presse l’arrêt de développement du MK8507. Cette décision intervient après le constat d’une lymphopénie (taux anormalement bas des lymphocytes, cellules jouant un rôle immunitaire…

Lire l'article

14.12.2021

Alors que les avancées de la médecine ont permis d’obtenir des traitements antirétroviraux (ARV) efficaces en 1, parfois 2 prises quotidiennes, la recherche développe de nouvelles formulations d’ARV Long Acting. Administrés sous forme orale ou injectable, voire d’implants, ces médicaments dit « à longue durée d’action » permettraient un contrôle de la…

Lire l'article

Contactez
-nous

TRT-5 CHV , Coordination du collectif Interassociatif

Adresse6 Rue du Chemin Vert
75011 Paris

 

TéléphoneTél. : 06. 46. 10. 09.51
Tél : 07.77.07.51.01

 

EmailE-mail : coordination@trt-5.org

 

FacebookFacebook : @assoTRT5CHV

 

TwitterTwitter : @CoordoTRT5

Nous contacter
Signaler une rupture de médicament