Accueil TRT5 CHV > Actualités > VIH et COVID-19
COVID, Prises de position, Vaccination

VIH et COVID-19

publié le 28.01.2021

Etat des connaissances – A destination des personnes qui vivent avec le VIH

20.01.2021

Préambule

La pandémie de COVID-19 a soulevé de nombreuses interrogations pour les personnes qui vivent avec le VIH (PVVIH) :

  • Suis-je plus à risque d’être contaminé·e par le SARS-CoV-2 ?
  • Suis-je plus à risque de développer une forme sévère de la maladie ?
  • Mon traitement antirétroviral me protège-t-il du virus ? de la maladie ?
  • Dois-je me faire vacciner ?
  • Est-ce que je fais partie des publics prioritaires ?

Le but de la présente note n’est pas de répondre à ces interrogations de manière définitive, mais de synthétiser les éléments connus à l’heure actuelle, tout en rassemblant les sources qui permettront à chacun d’aller plus loin. Rappelons que le temps de la recherche et du savoir n’est pas celui des médias, ni du politique. Les informations contenues dans le présent document devront être actualisées en fonction de l’évolution de la situation épidémique et des connaissances.

Vaccination COVID-19 et VIH fera l’objet d’une publication à venir prochainement.

Voici ci-dessous les conclusions de la note. L’intégralité du texte est disponible au téléchargement.

Conclusions : un besoin de données complémentaires et de recommandations spécifiques pour les PVVIH

Si les PVVIH ne semblent pas avoir plus de risques d’être contaminées par le SARS-CoV-2 que la population générale, leur vulnérabilité face à la COVID-19 reste à évaluer.

Pour certains spécialistes, le VIH pourrait être un facteur de risque indépendant, associé à une augmentation de la mortalité12. En l’état actuel des connaissances, il convient de nuancer ce propos. L’hétérogénéité des données disponibles et la multiplicité des facteurs impactants rendent difficile d’affirmer si l’infection à VIH est, en soi, un risque de développer une forme grave de COVID-19 et/ou de surmortalité, ou si la prévalence dans la population VIH+ de facteurs impactants connus par ailleurs (comorbidités, critères ethniques et sociodémographiques) provoquerait un sur-risque de développer une forme grave et/ou de surmortalité pour les PVVIH. C’est pourquoi il est impératif que la recherche soit mobilisée pour mieux comprendre l’impact de la COVID-19 chez les PVVIH.

A noter cependant que les premières observations semblent montrer que l’âge, facteur de risque déterminant de sévérité de la COVID-19, impacterait plus précocement l’évolution de la COVID-19 vers des formes sévères chez les PVVIH. Il est important que les recommandations publiques se saisissent de ces données dans leur définition de la vulnérabilité et donc l’accès des PVVIH aux dispositifs à destination des personnes à risque de forme grave (arrêts de travail dérogatoires) et l’accès à la vaccination.

De même, les PVVIH immunodéprimées (CD4 < 350/mm3) et/ou en échappement virologique sont elles aussi exposées à un risque de développer des formes graves de la maladie et donc de surmortalité. Ces dernières doivent être incluses dans la stratégie vaccinale française comme prioritaires. Notre position rejoint en ce point les recommandations des sociétés savantes européennes BHIVA, DAIG, EACS, GESIDA, Polish Scientific AIDS Society and Portuguese Association for the clinical study of AIDS (APECS)[1], ainsi que celles de la Société française de Lutte contre le VIH (SFLS)[i] et de l’Académie nationale de médecine[ii].


[1]Dans leur note de position, les sociétés savantes BHIVA, DAIG, EACS, GESIDA, Polish Scientific AIDS Society and Portuguese Association for the clinicalstudy of AIDS (APECS)11 résument ainsi : « En bref, les récentes publications suggèrent que les PVVIH avec une charge virale non-controlée, ou une immunodépression prononcée, ou vivant avec des co-morbidités associées ont un risque aggravé de surmortalité liée à la COVID-19. Par conséquent, les PVVIH devraient être considérées hautement prioritaires pour la vaccination contre le SARS-CoV-2 » (« In summary, the recent findings suggest that PLWH and either uncontrolled HIV-infection or advanced immunodeficiency, or in the context of additional co-morbidities might have a higher risk for COVID-19 death. PLWH, therefore, need priority consideration for SARS-CoV-2 vaccination “)


[i] Communiqué de presse – VIH et COVID-19 : La Société Française de lutte contre le Sida (SFLS) et le TRT-5 CHV demandent que les personnes vivant avec le VIH et immunodéprimées soient elles aussi priorisées dans le programme de vaccination contre la COVID-19. https://www.trt-5.org/covid-19-et-vih/ (visité en janv. 2021)

[ii] Communiqué de l’Académie : Infection à VIH et vaccination anti-SARS-Cov2. https://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-infection-a-vih-et-vaccination-anti-sars-cov2/ (visité en janv. 2021)

Découvrez

d'autres

articles

12.04.2021

Le 27 janvier dernier, le TRT-5 CHV faisait part de ses inquiétudes quant à l’annonce faite par le Laboratoire Delbert de nouvelles difficultés d’approvisionnement en Extencilline®, traitement recommandé notamment pour les syphilis non-neurologiques. Deux mois plus tard, force est de constater que la situation ne s’améliore pas. Interrogée, l’ANSM…

Lire l'article

06.04.2021

Le laboratoire Boehringer Ingelheim France a informé le collectif TRT-5 CHV de l’arrêt de commercialisation prochaine de certaines formulations d’ Aptivus® (tipranavir) et Viramune® (névirapine). En France,  les prescriptions de ces 2 ARV sont actuellement très faibles, voire nulles. Aptivus 100mg/ml solution buvable (indiqué dans en association avec le ritonavir…

Lire l'article

Contactez
-nous

TRT-5 CHV , Coordination du collectif Interassociatif

6 Rue du Chemin Vert
75011 Paris

 

Tél. : 06. 46. 10. 09.51
Tél : 07.77.07.51.01

 

E-mail : coordination@trt-5.org

Nous contacter